logo

Accueil du site > Hacked by Nerox > Hacked by Nerox > Actualités PANA > Bilan a mis parcours de la 18e COP : entre espoir et désespoir

  Bilan a mis parcours de la 18e COP : entre espoir et désespoir  

Tous les intervenants a la tribune lors de la grande cérémonie d’ouverture de la 18e COP ne l’avaient pas caché : Doha porte les espoirs de la suite à donner aux négociations sur le climat.
Il faut rappeler que les défis du rendez-vous de cette 18e COP étaient de taille et surtout déterminants pour le futur du protocole de Kyoto dont l’échéance est fixée à fin 2012.

Ayant planché sur les points clés des négociations, les 2 organes permanents à savoir l’organe subsidiaire du conseil scientifique et technologique et l’organe subsidiaire de mise en œuvre ont livré les résultats de leurs travaux. Faisant le point, le président de la 18e conférence Abdallah Ben Hamad Al-Attiyah, n’a pu que constater des résultats « mitigés ».
Aussi bien pour l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI), l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA), le Groupe de travail spécial des nouveaux engagements des parties visées à l’annexe I au titre du Protocole de Kyoto (AWG-KP), le Groupe de travail spécial de l’action concertée à long terme au titre de la Convention (AWG-LCA) et le Groupe de travail spécial sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP), les résultats des concertations sont loin de satisfaire les attentes.
Parmi les principales questions qui devaient être abordées, il y a le point sur lequel toutes les attentions étaient focalisées, à savoir l’adoption d’amendements au Protocole de Kyoto au titre de la deuxième période d’engagement.
Sur ce point important, les partis ont eu du mal à trouver un consensus et de ce fait proposer des mesures concrètes de prolongation en vue de la seconde période.
Ne serait-ce que sur la durée de la période d’engagement, des divergences ont été notées.
« Il y a deux positions sur la question. Un camp penche pour une durée d’engagement sur 5 ans, tandis qu’un autre propose plutôt la durée de 8 ans » explique le Dr Augustin KABORE point focal des changements climatiques pour le Burkina.

Le bilan partiel des résultats des travaux du groupe sur l’ action concerté à long terme ne sont pas plus reluisants.
L’action concertée à long terme regroupe les piliers du plan d’action de Bali :
En rappel, le Plan d’action de Bali constitue la principale décision de la conférence de Bali tenu en décembre 2007. C’est dans un climat de conciliation et de pression citoyenne que les délégués des pays de la Convention Climat s’étaient mis d’accord sur un cadre multilatéral de coopération pour la période post 2012. Les Parties ont décidé d’un processus de négociation post-2012 et se sont mis d’accord sur une liste (non limitative) des sujets à aborder dans le cadre de cette négociation, sujets qui constituent ensemble les éléments constitutifs du Plan d’Action de Bali.
Ainsi, aucun consensus n’a été relevé encore moins des propositions concrètes en vue de la mise en œuvre de moins capitaux en faveur de l’adaptation /atténuation, du transfert de technologie, du renforcement de capacités.
A la tribune du segment de haut niveau, les interventions ont déploré ces piétinements qui pourraient retarder encore la mise en œuvre d’actions vigoureuses et concertées contre les changements climatiques, et cela au grand dam des populations qui souffrent déjà de l’impact négatif des changements climatiques dans tous les domaines.
Même si la messe semble être dite d’aucuns espèrent que les tous derniers moments du processus de négociation apportent les réponses attendues.

Caroline Tuina Ouanré

 

AGENDA

« juin 2017 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

PUBLICATIONS PANA



© 2012 - CONEDD 01 BP 6486 Ouagadougou 01 Tél:(00226)50 31 24 64 Plan du Site | WebMail | Admin